Fédération Fédération Zhu
Forum de discussion et de roleplay autour de la Fédération Zhu, les triades post-apo du jeu fract.org
FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion

La Fédération Zhu, coté pile.

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Fédération Zhu Index du Forum -> Fédération Zhu -> Légendes des quatre mers
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Lun 26 Déc - 23:27 (2011) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant

C'est à la fin de l'été que mes parents m'ont vendue un bon prix aux soldats de la Fédération de passage sur Shijiazhuang.

La concentration de plateformes commerçantes était à son apogée à cette époque de l'année, chaque chef commerçant cherchait à vider son bateau le plus possible avant de reprendre la direction des Mers. C'était aussi le meilleur moment pour réaliser les meilleures transactions. Les stocks étaient tous bradés.
Père vendait des coquillages et des bijoux de nacres. Je n'avais que 8 ans, mais il me demandait de les porter pour attirer les clients potentiels. Je devais chanter plus fort que les autres vendeurs à la criée. Des chants d'enfant, doux et espiègles. Etre une jolie sirène.
Mais cet été là, sur Shijiazhuang la petite ville flottante, les affaires avaient été mauvaises pour Père. Et quand ils arrivèrent pour lui proposer deux fois son bénéfice de cette année pour m'emporter et faire de moi leur esclave, il n'a eu beaucoup à réfléchir. Il évita mon regard quand ils me demandèrent de monter sur leur beau bateau zébré des marques de la Fédération. Il comptait déjà son butin quand ils me voilèrent avant de me faire descendre en cale, rejoindre les autres filles et femmes.

Le voyage de l'apprentissage commença ainsi. Ma vie d'avant s'effaçant doucement au profit d'une nouvelle vision du monde mal éclairé par les lampes à huile, solitaire, sans intimité, les pieds mouillés. Il n'y avait plus que des femmes soumises par peur de disparaître en mer, caressant l'espoir de devenir la meilleure de toutes pour sortir de cet enfer suintant de sel.


Dernière édition par Juan Niu le Mer 16 Mai - 22:12 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Déc - 23:27 (2011) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Lun 26 Déc - 23:40 (2011) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant



Revenir en haut
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Mar 27 Déc - 23:32 (2011) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant

Au fur et à mesure des jours, je me rendis compte que je n'étais pas la seule enfant à bord. D'ailleurs, il n'y avait que des jeunes filles plus ou moins pubères. Les autres femmes étaient âgées, plus de 50 ans pour la majorité.
Nos journées étaient toutes bien rythmées, et aucune n'était chômée.
Lever de bonne heure, nous pliions nos couvertures sur nos hamacs suspendus et nous récitions à tour de rôle un poème appris la veille. Si nous étions trop médiocre à cet exercice, nous devions le reprendre pour le lendemain. Tout comptait : diction, intonation, douceur dans la voix, mais aussi la prononciation. Nous devions effacer nos accents trop ruraux pour emprunter celui le plus répandu, celui plus raffiné des esclaves de compagnie.

Ensuite, nous devions préparer notre repas. Comme toute chose à connaitre à bord de cette école flottante, il devait être parfait. Le poisson devait être découpé selon les rites honorant leur chair offerte. Les algues fraîchement ramassées ne devaient pas attendre plus d'une heure avant leur dégustation, ou être rapidement conditionnées pour être conservées dans du sel ou vinaigre d'alcool de riz. Chaque fruit méritait sa découpe, qui était étudiée pour obtenir le meilleur de sa chair. Et chaque aliment devait être mangé dans un ordre précis, pour éviter qu'ils n'estompent le gout ou les propriétés d'un autre.

Une fois rassasiée par ce repas qui se devait d'être le plus consistant de la journée, nous devions danser. Danser dans une cale où l'équilibre du corps est précaire puisque balancé en fonction des vagues. Souvent c'était les anciennes qui jouaient de la musique. Cela les rendait assez heureuses, et une fois dans la journée, leur air sévère s'effaçait au profit d'une communion intense avec leur art. D'en bas, parfois, nous entendions les hommes du bateau frapper du pied la mesure pour nous encourager sur le pont. Alors nous dansions, parfois nous trébuchions, rarement nous tombions. Il suffisait d'apprendre à anticiper les mouvements de la coque.

Un encas plus frugal ensuite s'imposait à toutes pour reprendre des forces. Ainsi qu'une sieste dans nos hamacs.

Le reste de la journée alternait entre du chant, l'apprentissage des instruments de musique, les soins physiques pour nous ou pour les hommes, l'art d'écouter et de se taire... C'était répétitif, mais les histoires que chacune racontait le soir à la veillée rappelait souvent qu'il valait mieux être assidue et perfectionner toujours plus ses gestes.


Dernière édition par Juan Niu le Mer 28 Déc - 00:33 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Mar 27 Déc - 23:38 (2011) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant



Revenir en haut
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Sam 4 Fév - 23:13 (2012) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant

Les années en cale passèrent lentement au début. Puis l'habitude s'ancre profondément, et avec elle le conditionnement.
A force de nous répéter chaque jour que nous n'étions pas prêtes, que nous devions apprendre encore et perfectionner ce que nous savions déjà, la peur même que quelqu'un d'étranger entre dans notre petit univers humide nous angoissait horriblement.
Tous les jours une nouvelle fille était désignée pour surveiller la trappe donnant sur le pont supérieur. Et toutes les autres la regardaient avec anxiété, alourdissant le poids de sa responsabilité d'un jour.

Je finis par avoir un corps de femme, pilosité et rondeurs s'invitèrent sans crier gare. Les Anciennes me donnèrent assez rapidement de cette tisane.
Elles expliquaient que si nous ne les buvions pas, nous serions souillées de sang. Qu'aucun maître ne voudrait de nous ensuite, car le sang d'une esclave est maudit...
De peur de nous maudire nous-mêmes, aucune n'oubliait de boire ces herbes infusées.



Revenir en haut
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 22:10 (2012) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant

La virginité des jeunes femmes choisies pour cet apprentissage était primordial. La masturbation profonde proscrite.
Tout était expliqué dès l'apparition des signes de puberté. Il n'était pas rare que deux élèves s'amourachent l'une de l'autre, mais elles devaient faire attention à leurs pratiques sexuelles.
Nous étions choisies sans aucun tatouage.

Nous savions que grâce à toute cette blancheur, nous resterions en haut du panier. Nous serions toujours mieux loties que les autres esclaves qui seraient données à des guerriers moins prestigieux.
Ce prestige justement nous garantissait d'être toujours bien traitées si nous accomplissions correctement nos tâches quotidiennes.
Les esclaves de basse-cale seraient toujours menacées d'être violentées ou balancées par dessus bord, pour un oui ou un non. Elles n'avaient rien d'honorifiques pour leurs maitres, même la volaille était mieux traitée, à ce qu'on disait.

Une fois par an, les plus âgées d'entre nous ou simplement les plus douées, quittaient la cale pour rejoindre le pont. Nous savions que nous avions accosté le porte-avion, et que nos amies seraient livrées ainsi voilées de la tête au pied, dissimulées comme des cadeaux empaquetés, aux grands combattants de la Fédération Zhu.


Revenir en haut
Juan Niu
Lanterne Rouge

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 511

MessagePosté le: Jeu 24 Mai - 20:52 (2012) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile. Répondre en citant

Au fil des mois, une ancienne finit par m'adopter, pensant que j'étais une apprentie prometteuse. Elle s'appelait Niu Ylang, et c'est à ce moment-là que j'ai eu à nouveau un nom, celui qu'elle m'a offert.
Parfois, le soir, je lui posais des questions sur la vie qu'elle avait eu, sur ses souvenirs. Elle avait été favorite, puis déchue, elle a demandé à enseigner son savoir. Elle préférait mourir dans une cale en transmettant le meilleur d'elle-même, plutôt que de rester au service de son maître qui ne la regardait plus.

Cette fois, elle lui demanda pourquoi les esclaves devaient boire ces herbes chaque jour.
Au lieu de répondre clairement à cette question, elle préféra lui expliquer un bout du monde du dehors.


"Sache, ma fille, que les Maitres que tu serviras ne peuvent avoir d'enfant tant qu'ils sont guerriers. Pas de descendance tant qu'ils parcourent les mers. Ils peuvent mourir et n'ont pas le droit d'emmener d'enfant sur les bateaux, puisque c'est bien trop dangereux... Seulement lorsqu'ils prennent leur retraite, ils peuvent enfin construire un foyer. Ils choisissent une ou plusieurs mères. Jeunes, bien plus jeunes qu'eux. Esclaves aussi. Mais leur descendance ne bénéficient pas du prestige de la carrière de leur père. Si ils veulent, à leur tour, devenir des guerriers, ils doivent faire leur preuve, comme les enfants de paysans ou de commerçants qui sont bien plus nombreux puisqu'aucune interdiction de procréation ne pèse sur eux. Ainsi est la règle, et personne ne doit la transgresser. Sinon l'équilibre serait troublé, et il y aurait trop de bâtards et d'orphelins. La Fédération n'aime pas ça."

"Ju'. Si il advenait que tu oublies cette tisane, le Mal grandirait dans ton ventre, et tu seras exécutée pour cette faute... Alors bois, et n'oublie pas."

Je compris beaucoup plus tard, lors de mes voyages auprès de Motor Lee, que les Bâtards étaient les enfants des esclaves et que très peu survivaient une fois jetés à la mer. De la mère comme de l'enfant.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:21 (2018) Sujet du message: La Fédération Zhu, coté pile.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Fédération Zhu Index du Forum -> Fédération Zhu -> Légendes des quatre mers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Xtreme Skin Designed by Xtreme Web Developers visit website
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com